"Si nous ne pouvons pas voir, nous ne pouvons pas lire et donc, nous ne pouvons pas comprendre ce qui est écrit"

Une étude réalisée en 2010-2011 montre que l’usage du tableau numérique interactif et celui de l’écran d’ordinateur impactent différemment la visibilité, la lisibilité et la compréhension de textes, selon l'âge et le niveau scolaire des élèves

 

Nombreuses sont les études qui se sont penchées sur les différentes dimensions de la lecture électronique que sont la visibilité, la lisibilité et la compréhension.

Cependant, pour un même support de lecture, ces aspects ont été étudiés séparément, indépendamment les uns des autres. Or, ils sont très liés puisque la visibilité - qui est notre capacité à voir, à distinguer des formes - influence la lisibilité - qui est notre aptitude à discriminer, à identifier des lettres/caractères. Et, de cette lisibilité dépend notre faculté à comprendre un texte. Autrement dit, si nous ne pouvons pas voir, nous ne pouvons pas lire et donc, nous ne pouvons pas comprendre ce qui est écrit.

Dans le domaine des TICE, ces trois dimensions sont d’autant plus importantes qu’elles influencent l’apprentissage des élèves.

Les problématiques soulevées en termes de lecture sur support numérique ont amené le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) et le ministère de l’éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative (MENJVA) à étudier la lecture sur tableau numérique interactif (TNI) et à comparer cette lecture à celle sur les supports individuels que sont les ordinateurs.

Cadre de l’étude

Le Laboratoire des usages en technologies d’information numérique (LUTIN, université de Paris 8), dont l’un des axes majeurs de recherche est la lecture électronique, a conduit lors de l’année scolaire 2010-2011 une étude sur les tableaux numériques interactifs (TNI). Les problématiques posées par les ministères étaient d’identifier les raisons expliquant les freins à l’utilisation des TNI dans les classes, de savoir si d’autres solutions technologiques, tels que les ordinateurs, seraient préférables et de proposer des recommandations pour faciliter l’utilisation des TNI et des ordinateurs dans les classes. L’équipe du LUTIN a construit un protocole de test permettant d’évaluer l’ensemble des dimensions de la lecture sur support numérique citées en introduction.

À la demande des ministères, les expérimentations ont été menées dans l’académie de Créteil auprès de classes de 6e (48 élèves de 4 classes du collège Françoise-Giroud, Vincennes) et de CP (89 élèves de 5 écoles primaires) afin de comparer des élèves maîtrisant la lecture à des élèves débutant l’apprentissage de la lecture.

La moitié des enfants ont réalisé les tests sur TNI, l’autre moitié sur ordinateurs (portables pour les 5 classes de CP dont les écoles disposaient de classes mobiles, fixes pour les classes de 6e). En raison du protocole et du matériel utilisés, les élèves ont passé les tests de visibilité et de lisibilité de manière individuelle. Le test de compréhension était réalisé en classe entière, les élèves lisant en même temps le texte sur écran puis répondant sur des feuillets individuels qui leur avaient été fournis.

Différents facteurs ont été examinés lors de cette étude afin d’étudier la relation entre chacun d’entre eux et les résultats obtenus pour chacune des trois dimensions de la lecture (visibilité, lisibilité, compréhension). Ces facteurs sont aussi bien environnementaux (mesures de la lumière ambiante, des distances par rapport à l’écran…) que matériels (mesures de la luminance des écrans, des reflets…) ou individuels (via des questionnaires posés aux élèves afin de connaître leur âge, leur familiarité avec les TICE et la fréquence à laquelle ils les utilisent…). Le but était de déterminer quel(s) facteur(s) explique(nt) le mieux les résultats obtenus pour chaque dimension.

En savoir plus
"Améliorer la lecture sur tableau numérique et ordinateur", par Léa Pasqualotti sur cndp.fr

Voir également
"Evaluation de la lecture sur Tableau Blanc Interactif (TNI)", sur sankoré.org